Et si vos fragilités étaient vos plus belles forces ?

Processed with MOLDIV
Pourquoi avez-vous déjà lâché vos résolutions pour 2017 ?
13 janvier 2017
businessman-2056022_960_720
Connaissez-vous les 4 piliers du succès dans votre vie ?
24 février 2017
roses-2019630_960_720

 

Aimez-vous les histoires ?

L’avantage avec les histoires, c’est qu’elles peuvent vous toucher au coeur. Elles nous ramènent en enfance, à la curiosité, à l’insouciance, à l’innocence, à l’ouverture …

C’est vraiment très puissant pour comprendre un message. C’est ce qui m’est arrivé lorsqu’on m’a raconté l’histoire du vieux seau.

J’ai beaucoup de joie à vous la partager, et j’espère qu’elle vous aidera, comme moi, à changer votre vision, surtout quand le mental vous rappelle vos faiblesses, vos difficultés, vos erreurs, …

Je vous souhaite un beau moment d’évasion …

 

Le vieux seau.

Il y avait dans la province de Sashan un monastère zen perdu dans la campagne, où les moines menaient une vie paisible à l’écart du monde. Et tous les jours, le moine cellérier prenait sa canne en bambou au bout de laquelle il y avait 2 seaux, et il partait jusqu’à la rivière. Trois heures de marche à l’aller, il puisait l’eau pour le monastère, et trois heures de marche au retour. L’un de ces grands seaux était très, très âgé. Il était vieux, fêlé, troué, le bois avait été mangé par le temps. L’autre seau, lui, était tout neuf, parfait.

Or, un après-midi, lorsque sous l’auvent du temple, le moine se reposait pendant la sieste, il entendit le vieux seau se plaindre : « Je suis vieux, je suis fragile, je suis fêlé, je ne sers à rien, ou tout du moins, à pas grand chose. Toi, dit-il en regardant le seau tout neuf, quand nous rentrons au monastère, tu es plein d’eau, jusqu’à ras bord. Alors que moi, avec mes fêlures, mes fuites, mes trous, mes imperfections, j’arrive au mieux à moitié plein. Sans doute ne suis-je que déception pour les moines, bientôt ils se débarrasseront de moi. »

En entendant ces paroles, le moine fut pris de compassion. Il décida de prendre le vieux seau et de faire le chemin vers la rivière avec lui. « Viens, j’ai quelque chose à te montrer, vois-tu, nous allons aller à la rivière. »

En marchant, il lui dit : »tu vois le côté opposé du sentier, celui qu’on emprunte lorsque l’on revient de la rivière, celui qui au retour est de ton côté, celui sur lequel tu perds plus de la moitié de ton eau, où tu fuis, par ta fragilité ? Regarde bien, c’est le côté du chemin qui est fleuri. »

Et le seau devint fier et heureux de ses fragilités.

 

Vous n’imaginez pas à quel point nos fragilités peuvent être pleines de lumière, pleines de floraisons.

 

Je vous accompagne à prendre conscience des fleurs qui poussent grâce à vos faiblesses et ensemble, nous atteindrons vos objectifs autrement.

Contactez-moi pour une séance découverte ICI

Partager